LĠaventure est un secret

 

La premire chose qui mĠa ŽtonnŽ, cĠest la question de lĠasile. Il faut demander lĠasile politique... JĠai dit mais quĠest ce que jĠai fait lˆ-bas ? Je nĠai rien fait... Mais on est obligŽ de le faire, parce que je ne pourrais pas aller directement ˆ la PrŽfecture et dire moi je suis venu demander une autorisation de travail... ils vont me rejeter directement... Je peux y aller, mais je ne lĠaurai pas... CĠest impossible actuellement, cĠest impossible... Le premier mois, le deuxime mois, le troisime mois, cĠŽtait un peu la panique pour moi... Automatiquement au bout de ces trois mois, je suis allŽ mĠinscrire aux cours municipaux de Paris pour apprendre le franais... Parce que la premire chose que jĠai soulignŽ cĠest a, on ne pourra pas vivre dans un endroit sans parler leur langue... Il faut essayer... JusquĠˆ prŽsent jĠai du mal ˆ mĠexprimer, mais cĠest mieux quĠˆ mon arrivŽe quand mme... La premire chose que jĠai soulignŽ cĠŽtait a... Et la deuxime chose, les bureaux dĠintŽrim ou les patrons. Ce quĠils te demandent en premier, cĠest le certificat de travail, cĠest quoi ton mŽtier ? Au dŽbut cĠŽtait la panique pour moi, parce que mme si tu as un mŽtier lˆ-bas, a ne peut pas marcher ici... Soit tu fais directement un stage, soit tu tombes sur quelquĠun qui a besoin dĠun manÏuvre. Tu vas tre manÏuvre pour avoir une attestation, un certificat... Tu vas accepter, mme si tu as un mŽtier, le mŽtier que tu connais en Afrique... Tu es obligŽ dĠaccepter un certain temps... Et ˆ partir de lˆ, tu peux montrer que tu sais faire ce mŽtier...

 

La plupart dĠentre nous on nĠa pas grand chose au niveau des mŽtiers, on fait seulement le manÏuvre. Mais ˆ partir de lˆ, on va essayer... il y a pas mal de gens qui se sont dŽbrouillŽs dĠapprendre des mŽtiers, mais au dŽbut il faut que tu commences par le manÏuvre... surtout au niveau du b‰timent, cĠest toi qui fait le plus dur et en fin de compte, cĠest toi qui sera le premier ˆ virer du chantier... Les patrons, sĠils savent que tu nĠas pas de papiers, certains vont te virer, ils disent quĠils ne peuvent pas te garder... Et certains vont te garder, mais ils vont te retirer comme ils veulent, moralement... CĠest ˆ dire, tu vas tre obligŽ de faire des choses que tu nĠas pas le droit de faire, et ils vont te proposer nĠimporte quelle polyvalence sur le travail.

 

Souvent je me pose la question : cĠest lĠƒtat qui profite ou les patrons qui profitent? Je me pose la question... Souvent je me rŽponds ˆ moi-mme aussi, je dis non, cĠest pas le patron qui profite, cĠest lĠƒtat qui profite, parce quĠil veut pas nous rŽgulariser... Je dis non, cĠest les deux qui profitent...

􏰀

Pour comprendre le systme... CĠest-ˆ-dire, quand moi-mme je me pose la question est-ce que cĠest les patrons qui profitent, ou est-ce que cĠest lĠƒtat qui profite ? Pour distinguer a, pour moi, mme si je nĠai pas de papiers, cĠest pas le papier qui travaille, cĠest moi qui travaille... Ds que tu arrives ˆ amŽliorer a dans ta tte, le patron ne pourra pas te faire nĠimporte quoi. Soit il te laisse tranquille, soit il te met ˆ la porte ou toi-mme tu dŽcides de partir tout seul... Parce que si le patron te prend pour quelquĠun qui fait un travail polyvalent, un travail qui nĠest pas sur ton contrat... Quand tu arrives ˆ tĠexprimer, ˆ partir de lˆ tu peux refuser les choses... Surtout au niveau des contrats, parce quĠau dŽbut, on ne disait rien du tout et voilˆ, nous on signe le contrat... Pof... On ne sait rien du tout, on ne sait pas lire et on ne pense pas montrer le contrat ˆ quelquĠun, pour voir ce quĠil y a dedans... Et ˆ partir de lˆ, nous on fait tout le travail polyvalent et le patron profite... Mais ds quĠon arrive ˆ discuter avec les gens, ˆ demander lĠinformation, voir la circulation comment a roule, ˆ partir de lˆ on peut commencer ˆ refuser certaines choses...

 

*

 

Nous en tant quĠŽtrangers, on vit seuls avec nos foyers... CĠest ˆ dire, on nĠa que les foyers de la ville de Paris, les foyers de Sonacotra, les foyers de Soundiata. LĠƒtat franais ne nous donne pas lĠaccs ˆ dĠautres foyers... Nous on se dit que lĠƒtat nous considre comme des immigrŽs, mais pas comme nous on se considre... Nous on fait comme lĠƒtat nous considre... CĠest-ˆ-dire, lĠƒtat nous a dit on vous a construit des organismes, vous vous dŽmerdez avec ces organismes... on sĠentraide entre nous, on sait o dormir, on a de quoi manger. CĠest tout juste ce quĠon a dans ces organismes... Il y a beaucoup de solidaritŽ dans les foyers. Normalement cĠest ce que font les Restos du cÏur pour que les gens puissent manger ˆ leur faim. Nous on mangeait ˆ notre faim, on nĠa jamais vu un Žtranger mourir de faim dans la rue... On a gagnŽ a avec nos parents dans les foyers...

 

Pour toi cĠest important de parler des gens du foyer ?

 

Parce que cĠest ma vie ˆ moi, quand je parle de la vie des gens du foyer, a fait partie de ma vie.

 

Et pourquoi cĠest important dĠen parler ?

 

Parce que cĠest des prisonniers qui sont libres, mais ils ne veulent pas se montrer quĠils sont libres.

 

Tu peux expliquer a Ç des prisonniers libres È ?

 

CĠest des personnes publiques et ils ne veulent pas se dire nous sommes des prisonniers, mais on nous a privŽs de telles choses et on a droit ˆ ces choses-lˆ et dans ces conditions-lˆ... Et eux ils veulent pas le rŽclamer...

 

Pourquoi ?

 

Parce que cĠest leur peur ˆ eux... Ils sont majoritaires et moi je suis tout seul... Mais du fait quĠil y a une libertŽ totale et des mouvements qui bougent pour a, je vais avec ces mouvements qui bougent, je vais avec ces mouvements-lˆ... Peut-tre un jour tout le monde va nous rejoindre...

 

Tu peux rŽexpliquer a ?

 

On est des prisonniers dans les foyers et dans la vie privŽe... On nĠest pas libre... Mais cĠest nous-mmes qui nous sommes privŽs de libertŽ... Mais tout prisonnier libre a le droit de libŽrer tout ce quĠil a dans sa vie et lˆ o il vit, tellement quĠon lĠa privŽ de beaucoup de choses.

 

*

 

JĠai eu un arrtŽ de reconduite ˆ la frontire fin 97. Le tribunal administratif mĠa convoquŽ. JĠai ŽtŽ au jugement.

 

Devant le juge, jĠai expliquŽ : on est venu ici, nous les ouvriers sans papiers. On travaille, on a des familles derrire nous... Moi jĠai ma femme et ma mre et mon pre et ma sÏur et mon frre... Toute la famille derrire moi... Moi je suis obligŽ de travailler ici pour gagner de lĠargent, pour renvoyer lĠargent ˆ ma famille, comme a ils peuvent vivre comme il faut...

 

JĠai expliquŽ aussi : nous on est lˆ, ce nĠest pas moi seulement qui est sans-papiers, il y a des milliards et des milliards de sans-papiers ici en France... Si on a comptŽ sur cent personnes, peut-tre dix personnes travaillent pas, ou cinq personnes travaillent pas. Tout le monde travaille... Si le gouvernement voulait rŽgulariser les gens, il ne laisse pas les gens comme a ; parce quĠil y en a qui travaillent avec une fausse carte, il y en a qui travaillent avec la carte de quelquĠun dĠautre, il y en a qui travaillent avec le travail au noir... Tout a, a montre quĠon travaille... Parce que nous les sans-papiers, on a fait beaucoup de choses, on a fait beaucoup dĠintŽrts pour le gouvernement, mais nous on a rien... pourquoi je dit Ç nous, on a rien È ? Parce que nous, on ne peut pas se soigner quand on est malade, on ne peut pas. Si le patron tĠa licenciŽ, tu ne peux pas rentrer au ch™mage... On a rien... Pendant dix ans on a rien...

 

Ils ont dit Ç la loi de dix ans È, mais pendant dix ans on a rien nous... cĠest-ˆ-dire, les gens ˆ qui le gouvernement a donnŽ un papier dĠun an, un bout dĠun an, ils ont travaillŽ pendant quinze ans ici... Le gouvernement a donnŽ un papier dĠun an, parce quĠil est obligŽ de donner, parce quĠil a vu les bulletins de salaire... les gens ont montrŽ tout a au gouverne ment...

 

JĠai expliquŽ a ˆ la reprŽsentante de la PrŽfecture. Elle tremble comme une feuille parce quĠelle a dit ce gars-lˆ il a dit quĠil est venu depuis 1992... JusquĠˆ ce quĠelle finisse de parler elle tremble, parce quĠelle nĠest pas contente quand je dis je suis lˆ, je suis au travail, je voulais gagner de lĠargent, je vais renvoyer de lĠargent ˆ ma famille... JĠai expliquŽ a, mais elle nĠest pas contente. Elle tremble comme a quand elle parle... Quand elle a fini de parler, jĠai dit excuse-moi, moi je vais parler madame le juge, je vais te dire deux mots... Moi je ne vais jamais mentir... Il est lˆ mon dossier, il est lˆ devant toi... Si je dis que je suis rentrŽ en 92, a ne sert ˆ rien... Ë quoi a sert, si je ne suis pas rentrŽ en 92 ? Moi je nĠai pas menti, jĠai dit que je suis rentrŽ en 97, au mois dĠaožt 97... JĠai commencŽ le travail en octobre, le 20 octobre 1997... JusquĠˆ prŽsent je vais au travail. Quand je vais finir ce jugement, je vais retourner ˆ mon travail... CĠest a que jĠai dit. Je nĠai pas dit que je suis rentrŽ en 92...

 

La juge mĠa regardŽ... Elle sait que jĠai dit la vŽritŽ... On a fini le jugement, jĠai dit donne-moi le rŽsultat... Ils ne voulaient pas me donner le rŽsultat. Ils mĠont donnŽ le rŽsultat au bout de trois ou quatre semaines... Mme sĠils ne mĠont pas rŽgularisŽ, moi je mĠen fous, jĠai dit la vŽritŽ quand mme, je suis trs content... Le jour o jĠai fini le jugement, moi-mme je suis trs content, parce que jĠai dit la vŽritŽ devant le juge... CĠest-ˆ-dire, jĠai gagnŽ cette bataille, jĠai gagnŽ ce point-lˆ.

 

***