BILLET QUI-VIVE 7

Nous abordons avec la sŽance de ce soir notre quatrime saison Qui-vive. Nous avons jusquĠˆ aujourdĠhui rŽalisŽ six sŽances, plus deux qui ont ŽtŽ accueillies par le festival CotŽ-court quĠorganise Jacky ƒvrard dans ce mme cinŽma. Ce qui au total nous fera donc, avec la sŽance de ce soir, neuf sŽances Qui-vive. Ces sŽances ont cherchŽ au fur et ˆ mesure une forme, en affinant toujours plus prŽcisŽment la proposition de dŽpart qui Žtait celle-ci : nouer ensemble des ŽlŽments hŽtŽrognes, sans jamais chercher ˆ les rŽduire ou ˆ les assimiler sous un dŽnominateur commun. Bien au contraire les sŽances Qui-vive expŽrimentent un type de commun singulier, que nous nĠhŽsitons pas, par ailleurs, ˆ appeler hŽtŽrophonique. CĠest ainsi que cinŽma, musique, poŽsie, mathŽmatiques, parole des gens, etc., peuvent produire une forme, se tresser ensemble sans jamais pour autant abdiquer sur leur autonomie.

Tout cela parce que nous sommes convaincus quĠil est urgent de penser quĠil y a une alternative ˆ ce que nous impose le monde tel quĠil est, quĠil est nŽcessaire de faire collectivement des propositions qui convoquent diffŽrents champs de connaissances. Vouloir autre chose que la survie gŽnŽralisŽe, autre chose que lĠisolement des uns et des autres, en proposant affirmativement des formes, des idŽes partagŽes, des collectifs dĠÏuvres, voilˆ la raison dĠtre de Qui-vive.

Pour cette saison nous voulons expŽrimenter avec vous une nouvelle faon de composer ces sŽances, en crŽant pour certains numŽros, lĠidŽe dĠun thme, qui ce soir comme vous le savez sera celui du secret et de ses aveux possibles, sous lĠhypothse quĠun secret avouŽ reste un secret. Ce thme lˆ encore, ne veut pas unifier tous les paramtres, mais nous a permis de concrŽtiser ce que nous cherchions finalement depuis le dŽbut cĠest-ˆ-dire susciter pour ces sŽances des productions spŽcifiques, de faire en sorte que ces sŽances soient le lieu dĠune expŽrimentation vive et originale. Concrtement, cela veut dire que la plupart des propositions prŽsentŽes ce soir ont ŽtŽ fabriquŽes en vue de cette sŽance.

Comme vous le savez, nous avons appelŽ les rubriques qui structurent notre programme, ÒactualitŽsÓ, ÒpublicitŽsÓ, ÒannoncesÓ, ÒinterludesÓ parce que ce sont les formes pauvres du cinŽma et pour cette raison, nous pensons quĠelles sont plus ˆ mme de soutenir de nouveaux possibles. Cette faon de les nommer renvoie nos rubriques ˆ la question du temps, parce quĠil est aussi question dans une sŽance Qui-vive de crŽer un temps spŽcifique qui puisse entrelacer : passŽ, prŽsent et futur, du point dĠun prŽsent qui soit n™tre. Nous avons aussi dŽlimitŽ dans la salle de cinŽma trois espaces : lĠŽcran, les gradins et le plateau, dans lĠidŽe que la succession ou lĠentrecroisement de ces endroits dĠintervention participe ˆ la constitution dĠun lieu Qui-vive et produise ainsi un moment unique pour ceux qui y participent.

Ce soir nous avons donc le thme ÒSecrets et AveuxÓ, nous ne vous en disons pas davantage maintenant, puisque cĠest le travail que se propose cette sŽance, mais vous devez savoir en revanche que lĠidŽe du thme va tre poursuivie dans les deux sŽances suivantes : en mars 2016 par le thme de la formalisation (en explorant quelles seraient les formes symboliques que nous devons mettre en Ïuvre pour que nos utopies se mettent ˆ lĠŽpreuve dĠun monde inacceptable) et en juin 2016 par le thme du temps, qui permettra dĠaborder les diffŽrentes manires – musicale, cinŽmatographique, poŽtique, militanteÉ – de crŽer ce temps spŽcifique dont nous vous parlions, sans se contenter dĠhabiter le temps chronologique usuel.

Nous pensons aussi quĠil faut entendre ces thmes comme une proposition adressŽe aux spectateurs que nous sommes ce soir, spectateurs que nous avons dans une de nos sŽances prŽcŽdentes prŽfŽrer appeler ÒopŽrateursÓ. Nous pensons quĠopŽrateur nomme plus prŽcisŽment notre faon dĠtre ici, en mettant en avant lĠidŽe que ces sŽances ne sont pas une proposition achevŽe, mais bien au contraire que cĠest nous qui, par nos opŽrations subjectives et collectives, avons la t‰che de tisser des liens, tirer des fils entre les ŽlŽments hŽtŽrognes qui nous sont ici proposŽs.

CĠest pour cela que chacune des personnes qui a travaillŽ ˆ son numŽro lĠa fait avec lĠidŽe que les autres propositions allaient contribuer ˆ mettre en vibration son travail. De plus, lĠactualisation de la sŽance elle-mme et le tissage singulier des opŽrateurs dont nous parlions ne peuvent au final que produire des rapports inattendus et inŽdits entre les diffŽrents ŽlŽments de la sŽance.

Au fond, cĠest ce que nous vous proposons de faon ramassŽe, avec cette nouvelle rubrique que nous inaugurons ce soir et que nous voudrions explorer tout au long de cette saison, le numŽro ÒAveuxÓ qui suit ce billet, et qui lui aussi expŽrimente cette idŽe quĠil est possible de faire coexister durablement des ŽlŽments hŽtŽrognes sans viser une unification. Dans ce cas prŽcis, vous le verrez, cela prend la forme dĠun cadavre exquis entre cinŽma, musique et poŽsie. Nous pourrons ˆ lĠentracte, si vous le souhaitez, Žchanger ensemble sur cette premire tentative.

Nous avons donc minutieusement prŽparŽ cette sŽance, mais elle garde nŽcessairement une part de manque : ce manque est le lieu mme o, nous lĠespŽrons, un certain public Qui-vive se manifeste. Cette idŽe rŽpond dĠune autre manire au thme de ce soir : lĠaveu que nous vous faisons par cette proposition collective nĠannule pas le secret de cette sŽance. Secret qui rŽside dans les multiples opŽrations individuelles que nous ferons, et dont le rŽsultat est lĠinavouable commun que cela constitue.

 

***