Gens ici, les oiseaux

MŽlanie sur la barque, aller.

Je mĠappelle MŽlanie, mon prŽnom vient du grec et signifie Òla couleur noireÓ.  Je suis la fille dĠun homme riche, patron dĠun grand journal. / Ce qui me plaisait le plus ˆ moi, cĠŽtait la mise en scne, non pas celle que lĠon fait dans les thŽ‰tres, mais celle qui consiste ˆ transformer ce monde en spectacle, pour pouvoir ensuite sĠen amuser comme spectatrice. / Mon sujet de prŽdilection, cĠest lĠhomme en tant que tel. // Je montais pour mĠamuser de pures mises en scne dont jĠobservais aprs souvent dĠun point retranchŽ les effets produits. En somme ce qui me plaisait cĠŽtait de transformer le monde de la rŽalitŽ, en un monde de loisirs.

 

MŽlanie sur la barque, retour. DŽmarrer la lecture juste aprs le bruit de moteur

Mais ce dont je voudrais vous parlez ici, cĠest dĠune expŽrience trs singulire que jĠai vŽcu, il y a un peine un mois, et que jĠaimerais avec vous parvenir ˆ penser. Cet ŽvŽnement est arrivŽ alors que je mĠamusais encore une fois ˆ agencer la rŽalitŽ ˆ ma convenance sans me soucier de ce que pouvait causer indirectement comme dŽg‰ts ici et ailleurs, cette attitude inconsistante.  Suivi de la premire attaque dĠoiseau sur la tte de MŽlanie.

 

Plan de la ville vu du ciel par les oiseaux. MŽlanie rentre dans la cabine de tŽlŽphone pour se protŽger (le son est coupŽ pendant 35 secondes)

Ce qui est arrivŽ est quelque chose qui au dŽpart mĠapparaissait comme incomprŽhensible, quelque chose qui mĠa affectŽ ŽnormŽment et qui a provoquŽ en moi beaucoup dĠangoisse.

 

Le son remonte pendant 1 minute et 10 secondes

 

Fin de la sŽquence dĠangoisse. Prendre la parole sur lĠimage muette suivie du noir.

PassŽ ce traumatisme, cet ŽvŽnement a transformŽ ma vie et a renversŽ toutes les illusions sur lesquelles je mĠappuyais auparavant. / Depuis ce jour, je ne suis plus la mme femme.

 

Les enfants courent, attaquŽs par les oiseaux. Images muettes. Reprendre la parole au bout de 20/30 secondes.

Pourquoi ? Voilˆ le mot partout proclamŽ. Pourquoi ? Pourquoi nous. Pourquoi ces attaques ont ŽtŽ principalement dirigŽes contre nos enfants. Vous mĠavez compris, je veux parler de celles qui ont eu lieu ˆ Paris le 13 novembre 2015. Pourquoi les victimes privilŽgiŽes de ces meurtriers ont ŽtŽ celles qui dŽtiennent en elles le plus dĠespoir.  Pourquoi anŽantir la jeunesse, les gŽnŽrations dŽtentrices de nouveaux possibles. / Je me suis dit que si je nĠarrivais pas ˆ comprendre, ˆ expliquer rationnellement pourquoi ces gens ont menŽ ces attaques / si je ne parvenais pas ˆ penser, alors lĠirrationalitŽ la plus violente prendrait le dessus / celle qui au dernier degrŽ consiste toujours en lĠautodestruction. // Je veux croire que rien de ce que font les hommes est inintelligible.

 

 

DŽpart sur du noir en muet. Noir. MŽlanie assise fumant une cigarette ˆ c™tŽ de lĠŽcole, les oiseaux sĠamassent derrire elle. Lecture rapide sur son du film faible.

Il est vrai que jĠavais rompu avec lĠidŽe quĠil y aurait des vŽritŽs, et que je vivais dans cette grande ville, dŽgagŽe de toute volontŽ de politique vŽritable, dĠamour, ou de beautŽ, et je considŽrais ma vie personnelle comme la seule ŽternitŽ qui importe.  

Le son du film remonte.

Mais je ne sais comment vous dire, jĠai le sentiment dĠavoir dŽclenchŽ par cette attitude irresponsable une catastrophe gŽnŽrale. Il me semble que lĠattaque que nous avons subi avec une telle violence, qui nous a frappŽe avec un tel acharnement est le rŽsultat dĠune conjonction dĠarrogance, de craintes vaines et de dŽsirs stŽriles, que lĠon nĠhŽsite pas aujourdĠhui ˆ revendiquer partout de faon globale, sous le nom de ÒFranceÓ, ÒOccidentÓ, ÒdŽmocratieÓ ou ÒdŽfense de nos valeursÓ. / Ces horribles attentats paraissent tre la consŽquence dĠimpuissances Žgo•stes, de pulsions identitaires et de lĠincapacitŽ ˆ faire lĠeffort nŽcessaire contre les faux semblants. / Cette incapacitŽ ˆ voir, ˆ comprendre ce qui sĠest passŽ, ne peut avoir comme consŽquence que de rŽactiver la violence des assaillants et de mener ˆ des destructions toujours plus importantes. Cette arrogance prend ses racines dans le fait dĠtre convaincu quĠil y a une humanitŽ plus humaine que lĠautre et que lĠoccident est le reprŽsentant de lĠhumanitŽ tout entire.

LĠhomme ferme la porte avec une armoire. (plan de 18 secondes)

 

Les oiseaux derrire MŽlanie se multiplient.

Il faut le dire ici, la moitiŽ de lĠhumanitŽ, celle qui est la plus dŽmunie ne compte pour rien aux yeux de notre petit monde occidental, parce quĠelle ne fait partie ni des gens qui travaillent, ni des gens qui consomment. Ces gens pauvres sont en permanence face au spectacle impudent de la vie dĠici et des richesses qui lĠaccompagnent. Cela peut pour certains produire des frustrations, causŽes par lĠenvie dĠoccident, de modernitŽ, de Òvouloir faire pareilÓ. Il y a aussi un autre dŽsir, plus obscur, qui est celui de la revanche et de la destruction, un dŽsir o la vie ne compte pour rien, un certain fascisme suscitŽ par ce mŽpris, qui prend la forme dĠun dŽsir dĠoccident refoulŽ et dŽniŽ, et qui ne peut sĠexprimer que par lĠhŽro•sme sacrificiel et criminel.

 

Les oiseaux sĠenvolent.

 

DŽmarrer la lecture au noir. Image du fermier les yeux percŽs, suivie du corps mort de lĠinstitutrice.

Voilˆ. / Tuer des occidentaux, cĠest un dŽsir dĠoccident / frustrŽ. Les tueurs dĠaujourdĠhui, ceux qui ont fait ce massacre, sĠimaginent tre anti-occidentaux alors quĠils en sont le pur produit.

 

Panoramique sur MŽlanie et la pice calme et sombre.

Mais jĠaimerais vous parler de moi, vous parler surtout du moment exact o mes yeux ont vu. Au moment o jĠai compris ce qui Žtait en train dĠarriver jĠŽtais au point maximum de mon Žpuisement, ˆ lĠendroit inverse de celui o je mĠŽtais toujours tenue /. Je nĠŽtais plus la spectatrice de mes simulacres, mais jĠŽtais dominŽe entirement par quelque chose qui me dŽpassait et dont je nĠavais plus la ma”trise. CĠest lˆ que quelque chose en moi sĠest inversŽ. Et guidŽe par un sentiment plus fort que la peur, jĠai pris la dŽcision dĠagir et de chercher ˆ voir et ˆ entendre ce qui Žtait clairement en train dĠtre dit. ///

Alors que jusque lˆ je ne cherchais quĠˆ fuir, quelque chose comme une nŽcessitŽ mĠest apparue, / une volontŽ de penser au-delˆ de ce que mes forces me le permettaient. ////

Avec une faible lumire jĠai eu le dŽsir de savoir, de ne plus simplement tre dans la rŽsistance / rŽsistance dont je constatais que cela ne faisait quĠempirer toujours plus les attaques. /JĠai sans le savoir voulu introduire de la pensŽe au cÏur des ŽvŽnements insensŽs que nous vivions. / Je devais voir derrire la porte, / je devais forcer les possibles, / ouvrir les murs / et percer les plafonds.

Elle ouvre la porte et pendant un instant les oiseaux ne lĠattaquent pas. Noir.

 

MŽlanie blessŽe est soutenue sur le pas de la porte, alors que les oiseaux en grand nombre sont dehors. Lecture rapide. Son du film faible.

Nous ne pouvons plus rester enfermŽs dans nos maisons, nous ne pouvons plus contenir les Žnergies entre des murs et laisser la moitiŽ de lĠhumanitŽ sans possibilitŽ dĠexistence. Nous ne pouvons plus nous barricader et penser que nous sommes du bon c™tŽ et que les autres sont de simples barbares. Quelque chose par ces actes nous a ŽtŽ dit, une rationalitŽ sĠen dŽgage. ƒcoutons ces cris singuliers, ces paroles qui nous sont manifestement adressŽs.

MontŽe de son : bruits faits par les oiseaux,  MŽlanie dit ÒnonÓ mais continue dĠavancer.

 

Gros plan sur MŽlanie, ils marchent ˆ trois. La mre regarde un oiseau en gros plan. Lecture rapide

Devant la menace nous ne pouvons pas revendiquer la vengeance, renforcer les pulsions identitaires comme on nous le demande avec insistance. Le futur, prie lĠhumanitŽ prŽsente de ne pas abdiquer, de ne pas oublier que le secret rŽside dans la capacitŽ ˆ libŽrer les forces dĠinvention dĠaujourdĠhui, de ne pas avoir peur de prendre en charge les questions les plus complexes.

 

LĠhomme va chercher la petite fille. Elle sort avec la cage des Òlove birdsÓ recouverte dĠun tissu.

Regardez les Òlove birdsÓ dĠHitchcock. Ils ont ŽtŽ dissimulŽs sous un tissu blanc. LĠattaque a cessŽ. / LĠaccalmie rgne, / quelque chose peut na”tre.

Dans la voiture.

Nous ne pouvons autoriser lĠƒtat ˆ prendre des mesures inacceptables. Nous devons quitter nos maisons, faire des dŽplacements inŽdits, aller ˆ la rencontre dĠautres gens, ici et ailleurs, affronter un monde parfois hostile, souvent noir de menaces. Surmonter la lŽgitime terreur, parcourir le monde sans espŽrer un abri ni un repos vŽritables, mais nous munir dĠune pensŽe ˆ la hauteur de ce que peuvent les humains. Nous devons nous armer dĠun immense courage pour Žviter lĠaspiration ˆ la mort, sauver nos ‰mes, et nous permettre dĠtre une vŽritable humanitŽ qui compte chaque homme comme son Žgal. Il nĠy a que lĠŽclosion dĠun commun qui pourra Žviter le pire. Nous appartenons absolument au temps prŽsent. Marchons vers notre destinŽe.

La voiture sĠŽloigne.

Noir

Pour ma part je peux dire que je suis devenue prolŽtaire.

 

Fin de la sŽquence, qui est aussi la fin du film dĠHitchcock